Cerca

Alla faccia dei risparmi

Gentile Direttore, mi permetto di segnalare l’ennesimo spreco che il nostro governo,cosi’ attento a spennare gli italiani non prende in considerazione. Da la “Presse tunisienne del 06-07-2012 : 73 milioni di euro dall’Italia alla Tunisia per finanziare le piccole attivita’ commerciali,artigianali etc. escluse le attivita’ finanziarie e turistiche Financement des petites et moyennes entreprises Une ligne de crédit italienne de 73 millions d’euros • Ligne de crédit d’une valeur de 73 millions d’euros accordée au gouvernement tunisien avec un taux d’intérêt de 0%, une période de remboursement de 40 ans, et une période de grâce de 31 ans Un protocole d’accord a été signé récemment entre le gouvernement tunisien et le gouvernement italien pour la mise en place d’une ligne de crédit de 73 millions d’euros au profit des petites et moyennes entreprises qui pourront disposer d’un financement préférentiel. C’est le résultat de l’association de deux lignes de crédit dont la valeur de chacune est de l’ordre de 36.5 millions d’euros, le but étant de diminuer les délais et d’utiliser d’une façon optimale le financement disponible. Ce protocole d’accord a été conclu le 25 novembre 2011. Parallèlement à cette ligne de crédit, un don d’une valeur de 100 mille euros servira à faire connaître le financement disponible auprès des intéressés, l’accompagnement des entreprises et l’évaluation finale du projet. Cette ligne de crédit va être exploitée en vue de financer les acquisitions des petites et moyennes entreprises et notamment les nouveaux équipements et les certificats d’innovation industrielle d’origine italienne. Il est possible de financer, également, l’acquisition de matériel du marché tunisien à concurrence de 35% de ladite ligne de crédit. Cette part est destinée, de même, pour le financement des besoins du fonds de roulement et les crédits de rééchelonnement dans une limite de 4 millions d’euros. Cette nouvelle démarche a été rendue possible — dans le cadre d’une procédure exceptionnelle — en vue de soutenir les entreprises qui ont souffert de la crise économique. Mi sembra che prima di preoccuparsi delle crisi altrui bisognerebbe pensare alla nostra. Guido FRITZ Torino

Lascia il tuo commento

Condividi le tue opinioni su Libero Quotidiano

Caratteri rimanenti: 400

blog